Galerie d'images #3

Avec la permission de la revue RENOVATION BRICOLAGE j'utilise ici un
article auquel j'ai collaboré au mois de février 2000

(Cliquer sur l'image pour obtenir une plus grande version)

 La revue mensuelle RENOVATION BRICOLAGE dans son numéro de février 2000 a probablement fait oeuvre de pionnier en publiant un article sur les manufacturiers d'outils anciens du Québec. M. Vincent Roy, rédacteur en chef, avec la collaboration du collectionneur d'outils anciens, Jacques Héroux, composa les pages qui suivent. Pour attiser la curiosité un outil mystère y fut montré.

 

 L'histoire des fabriquants d'outils du Québec est peu connue. On remarque que trois villes principales ont abrité ces industries. Québec, Montréal et Roxton Pond. A ce dernier endroit les fabriques y ont foisonnées.

 

 Les outils fabriqués, surtout en bois, étaient des rabots, riflards, varlopes, moulurières, bouvets, bouvets à approfondir. Chacune de ces fabriques avait sa "marque" (communément dit aujourd'hui "signature") particulière. On la plaçait au nez de l'outil pour en identifier son auteur. Aussi chaque fabrique avait sa façon particulière de faire le coin qui retient la lame. De plus, certains fabricants étaient plus soignés que d'autres dans leur fabrication.

 

 A Roxton Pond il y a eu plus de fabriques que partout ailleurs. La dernière qui y a exercé, la compagnie Stanley, opéra de 1907 à 1984. Elle eut jusqu'à 300 employés et fabriqua des outils extrordinaires. Son Numéro 55 devait remplacer toutes les varlopes ou moulurières en bois. Sur la boite de cet outil on indique qu'il était fait à Roxton Pond alors que sur le patin on y trouve l'inscription "Made in Canada". Cependant je crois que cet outil était fait aux USA, qu'on y faisait l'inscription pour faciliter sa mise en marché.

 

  Chaque fabrique avait son propre catalogue. Aussi y avait-il une certaine émulation entre les fabriques d'outils. Souvent des bois précieux ou exotiques étaient utilisés, comme l'ébène, le bois de rose ou le buis, pour faire des outils spéciaux. Deux exemples du travail de A. Monty sont montrés ici.

 

 A la page 8 de l"article de la revue RENOVATION BRICOLAGE, un outil mystère est indiqué. On le montre ici avec plus de détails, d'abord sur un quadrillé en cm, puis dans la main et la tête en détail. Plusieurs lecteurs on déjà indiqués des fonctions. Cet outil aurait servit à un cordonnier, un bourrelier-sellier, un rembourreur, un travailleur de métal en feuille, un tapissier, un forgeron, un maréchal-ferrant, un vitrier et un ajusteur de scies.

 

 Dans un numéro subséquent de la publication RENOVATION BRICOLAGE on revenait sur le mystère persistant de cet outil. J'espère qu'une réponse définitive pourra être donnée bientôt.
Enfin nous avons la solution. Un de mes amis des USA m'a envoyé une copie de la "patente" de cet objet. Contrairement à ce que nous pensions tous ce n'est pas un outil mais un USTENSILE. Il servait à soulever les chaudrons et avec sa "corne" on pouvait lever les ronds du poêle à bois. Ça vaut la peine d'examiner le document. Ici je dois renouveler mes remerciements à la revue RENOVATION-BRICOLAGE et plus particulièrement à son directeur M. JOSÉ ROY.