Galerie d'images #2

(Cliquer sur l'image pour obtenir une plus grande version)

 

 L'une des premières fabriques d'outils au Québec était celle de Sem Dalpé à Roxton Pond. Il aurait apprit son "métier" à Troy New York ou il aurait travaillé pour ou avec Carter. Robert Westley mentionne que ce Dalpe, dit Parizeau, aurait lui ou son père, participé à la révolte des patriotes de 1837-1838. Il aurait du s'exiler aux USA pour éviter d'être puni. Il revint s'installer dans la région de Roxton Pond où il ouvrit sa fabrique vers 1860. Il mourut en 1895.
L'outil que nous montrons ici est une grosse moulurière que nous appelons "varlope à corniche" (crown plane). Cet outil rare servait surtout à faire les têtes d'armoires.
C'est un appel à tous.

Voici une série de "varlopes" en bois exotique (bois de rose?). Elles auraient été faites par Miguel Cabot dont l'adresse serait Buenos Aires. Cependant je n'ai aucun renseignement sur ce fabricant. Les outils montrés ici n'ont pas tous la marque de Cabot. Ils ont cependant en commun leur mode d'exécution et leur sorte de bois. Ce sera donc un appel à tous pour l'identification de ce fabricant. Je crois même que quelqu'un d'autre pourrait être l'auteur de ces objets.

Ici vous voyez la marque de commerce de Miguel Cabot et son adresse Rivadavia 2085. Buenos Aires.
Le doute sur la provenance des outils de Cabot vient de ce rabot. Il proviendrait de Kglung. Cependant le fer porte la marque de Cabot, mais le contrefer est de Peugeot. Cette dernière fabrique pouvait-elle produire les outils pour d'autres fabricants? Dans la série ci-haut un fer porte la marque de Goldenberg. Le rabot ci-contre a été fait par qui? Et Miguel Cabot achetait-il ses outils ou simplement ses fers en France ? Si quelqu'un pouvait me fourmir les explications je l'apprécierais.

 

 Un métier particulier et parfois méconnu est celui de l'artisan qui produit les patrons ou les modèles pour la fonderie. L'outillage qu'il utilise doit être précis et il est assez rare. On peut voir dans l'image du haut une série de six semelles en bois et leurs fers de diamètres variés ; la varlope maîtresse est aussi en bois. L'image du bas montre une série de 11 semelles de diamètres variés, la varlope maîtresse en métal et les fers requis.

 

 Ici, nous avons un outil artisanal sculpté. Le fût, la poignée et le pommeau ne forment qu'une seule et unique pièce. L'auteur a exécuté là une très belle oeuvre. Le fer est mince et le coin est lui aussi sculpté. C'est un outil unique. Il mesure 28 cm (11 po) de longueur, 5,5 cm (92 ¼ po) de largeur et sa hauteur totale est de 13 cm (5 ¼ po). Cet outil sert à former les petits bois destinés à supporter les vitres dans une fenêtre.

 

 La fabrique d'outils A. Monty de Roxton Pond, au Québec, a produit des pièces exceptionnelles. Voici, en haut, un bouvet à approfondir en bois de rose (rosewood) et en buis (boxwood) (no 263) et, en bas, un bouvet en hêtre (no 258). Ces outils étaient munis d'une série de fers de différentes largeurs et ils servaient surtout à faire des rainures, mais ils pouvaient aussi faire des languettes.

 

 Quel outil est arrivé le premier ? Une des opérations les plus importantes dans un atelier était la façon des planches bouvetées. Cette opération nécessitait deux outils : le bouvet mâle, qui fabriquait les rainures, et le bouvet femelle, qui faisait les languettes. L'ingéniosité des artisans a trouvé une solution pour combiner les deux outils en un seul. La Compagnie Stanley mettait en vente son no 49 (vers 1880) alors qu'un artisan présentait la version en bois.
Qui a imité qui ?