Roxton Pond #7

Même en dehors des grandes villes, le village de Roxton Pond est peut-être celui qui a le plus fourni d'outils, du moins à la province de Québec. On pourrait même affirmer que ce village a été, avec le temps, celui dont les artisans ont produit le plus d'outils au Canada. Lors de la requête des citoyens demandant la formation du village, parmi les 4 premiers noms, 3 sont des fabricants d’outils : Sem Dalpe, S.F, Willard, Phillip Nicol. Le village fut donc séparé de la paroisse le 16 janvier 1866. Et dans le premier conseil municipal, le maire était Sem Dalpe alors qu'un autre fabricant d'outils, Stephen G. Willard, siégeait aussi comme conseiller. (Voir le livre sur l'Histoire de Roxton Pond par Diane J. Graveline.)

(Cliquer sur l'image pour obtenir une plus grande version

 

Sem Dalpe.

En 1865, Sem Dalpe aurait acheté au coût de 1 300 $ la boutique de meubles de Louis et Paul Payan qui se spécialisaient dans la production de varlopes en bois. (Nous n'avons pas pu déterminer la véracité de cette assertion).

Disons donc que le pionnier Sem Dalpe commença à fabriquer ses varlopes vers 1865. Il apprit son métier en travaillant à Troy dans l'état de New York pour la fabrique de E. Carter. Robert Westley, qui a bien étudié cette histoire, croit que Sem Dalpe aurait, avec son père (Dalpe dit Pariseau) participé à la révolte des patriotes en 1837. Il serait alors parti aux U.S.A. pour éviter une peine au Canada. Il opéra sa fabrique de varlopes jusqu'à sa mort en 1895. Il publia un catalogue et une copie, celle de 1889, est bien connue. Sa veuve, Dame Edesse Nicol, a alors vendu à Arthur Monty le lot No. 9 du village de Ste-Prudentienne "avec le moulin à scie, la manufacture de varlopes, maison et grange". Le prix de la vente fut de $4,000.)

On montre ici les deux imprints utilisés par Dalpe ainsi qu' un magnifique feuilleret d'ébéniste (moving filetster) qu'il a fabriqué. Sur son monument funéraire, dans le cimetière protestant, on peut lire les dates importantes.

 

Arthur et Adélard Monty.

Le 13 avril 1899, Arthur Monty vendait cette propriété à son frère, Adélard Monty, pour la somme de $4,500.

Le 12 avril 1972, accompagné de mes deux fils Jean et Martin, nous avons rencontré Mademoiselle Gertrude Monty, fille de Adélard. Elle nous raconta alors que son père avait eu 10 enfants et qu'après un accident survenu sur sa ferme, il marchait avec difficulté. C'est alors qu'il acheta la manufacture. Il aurait engagé un monsieur Germain de Québec, expert dans la fabrication des outils, pour s'occuper de la fabrique. Adélard Monty décédait en 1927 et la fabrique fut louée à Monsieur Ovila Lacasse qui n'a pas opéré la manufacture. Il utilisa cependant le moulin à scie.

Arthur Monty écoula le stock de Sem Dalpe, puis adopta sa propre façon de travailler (forme du coin) ainsi que son imprint particulier avec ses trois étoiles. Cependant, il continua à faire sensiblement la même gamme d'outils. Une belle pièce qu'il présentait alors était son bouvet à approfondir (le No. 263) en bois de rose et en boxwood. Quant Adélard devint propriétaire il conserva la même façon de travailler et aussi le même imprint, l'initiale du précédent propriétaire étant la même que la sienne. Adélard Monty participa aussi à la conduite de la municipalité. Il y fut maire de janvier 1908 à janvier 1913 et de janvier 1917 à janvier 1919.

Il opéra sa fabrique jusqu'à sa mort.

Ici on peut voir l'imprint des 2 Monty et un très beau bouvet à approfondir fait par cette fabrique. Sur la pierre du cimetière catholique les noms d'Adélard et de sa femme sont inscrits ainsi que celui de leur fille Gertrude.

 

Ovila Lacasse.

Quant au successeur d'Adélard Monty, M. Ovila Lacasse, il loua d'abord la fabrique et le moulin à scie. Cependant, il acheta la propriété en 1945. Grâce à son fils Germain et à madame Laurette son épouse, nous avons pu savoir ce qu'il advint de cette fabrique.

En 1961, M. Ovila Lacasse aurait fait faillite et ce serait Jos et Jean Choinière qui auraient racheté la propriété en 1962.

La démolition du moulin à scie daterait de 1965 et l'atelier servant au travail du bois aurait été démoli en 1966 après avoir été endommagé par le feu.

 

Monsieur et madame (Laurette) Germain Lacasse devant leur belle propriété sur les bords du lac Roxton.

 

 Philippe Nicol.

Lors de notre visite à Roxton Pond (le 12 avril 1972) nous avons aussi rencontré M. William Nicol fils de Philippe. Il nous raconta qu'il était né le 3 août 1877. Il était à la cabane à sucre et tranquillement fendait son bois. Il mentionna que son père, Philippe, avait travaillé pour Sem Dalpe et aussi pour Stephen Willard qui était un compétiteur de Dalpe. Bien qu'il ne fut pas un fabriquant à grand débit, Philippe Nicol a néanmoins fabriqué plusieurs outils dont des unités sont parvenues jusqu'à nos jours. Il se serait aussi associé avec son beau frère Sem Dalpe (et le Révérend Bullock ?) dans la Compagnie Roxton Pond Tool Company.

Robert Westley mentionne dans son livre "Guide to Canadian Plane Makers & Hardware Dealers" que Philippe Nicol et Sem Dalpe opéraient la Roxton Pond Tool Co. de 1873 à 1876 et qu'en 1876 la compagnie était dirigée par Nicol et Nectaire Gravel.

Ici nous voyons la marque de P. N icol, un bouvet à approfondir qu'il a fabriqué ainsi que son monument funéraire.

 

Roxton Pond Tool Company, The Roxton Plane, Roxton Pond, The Stanley Rule and Level Company.

Le Révérend W.S. Bullock opérait la Roxton Tool and Mill Company, depuis 1902. Il vendit, le 19 février 1907, à la Stanley Rule & Level Co. des actifs très importants dont: "The absolute control of the water power, two dams, including the new one four hundred and twenty-one feet long, twenty feet high, giving thirty-four feet of head on water wheels, the electric plant with a capacity of five hundred lights extending over the entire village and plants; grists, sowing, planning mills; foundry, machine shops and complete manufacture of carpenter planes and "S" wrenches, with all equipment herein...".

Le bouvet à approfondir que nous montrons ici est antérieur à 1902... Il y aurait encore des recherches à faire pour connaître toute l'histoire.

 

En 1974, on fêta le centième anniversaire de la fabrication d'outils à Roxton Pond. Sur la plaque commémorative on peut lire : "LE SEUL ENDROIT AU CANADA OÙ L'ON FABRIQUE DES RABOTS DEPUIS PLUS DE CENT ANS"

W.S. Bullock avait fait construire le gros édifice en pierres qui existe encore aujourd'hui. Il demeura directeur de l'usine pendant plusieurs années. L'usine fabriqua d'abord des outils en bois puis par la suite toutes sortes d'outils incluant les outils universels Stanley N0. 45 et 55.

La Compagnie Stanley opéra jusqu'en 1984. C'est à cette date qu'elle ferma ses portes.

Mon frère Réal m'a beaucoup aidé dans mes recherches "in situ". Ici il est montré près de la clôture limitant la partie arrière de la Stanley.

La bâtisse des Dalpe, Monty et Lacasse se trouvait de l'autre côté de la rue. (Rue St-Jean).

Stephen F. Willard

Quant à S.F. Willard, tout ce que je sais de lui c'est qu'il était fermier en 1861 et manufacturier d'outils en 1888. On retrouve encore aujourd'hui plusieurs des outils qu'il a fabriqués.

Les recherches et les textes précédents ont été faits par J.C. Jacques Héroux. Voir aussi la Galerie No. 3 qui montre la fabrique de A. Monty.